Joël Teasdale n’est pas passé inaperçu

Deux joueurs de l’Armada de Blainville-Boisbriand trouveront preneur lors du prochain repêchage de la Ligue nationale de hockey (LNH) à Chicago les 23 et 24 juin prochain.

Il s’agit du défenseur Antoine Crête-Belzile et de l’attaquant Joël Teasdale. Ce dernier a connu une saison qui pourrait le faire grimper de quelques rangs tant il a été important au succès de l’Armada en séries. Deuxième meilleur compteur de l’Armada en saison régulière, il a aussi connu des séries du tonnerre avec 15 points en 18 matchs.

Il a dû toutefois gérer la pression et l’anxiété qu’implique une année de repêchage.

Lorsque Teasdale sera repêché par une équipe de la LNH à la St-Jean Baptiste, il devra une fière chandelle à un son homonyme et entraîneur Joel Bouchard. Ce dernier a su intervenir au bon moment durant la saison alors que la pression de cette année de repêchage commençait à peser lourd sur les épaules du jeune homme de Sainte-Julie.

«Il m’a demandé à un certain moment ce qui se passait avec moi et je lui ai dit que je me mettais peut-être trop de pression avec le repêchage. Joël m’a conseillé de voir les choses le plus simplement,» raconte-t-il.

«C’est stressant, mais c’est un bon stress,» ajoute-t-il.

Les conseils de l’entraîneur ont porté fruit, si bien qu’en séries, Joël Bouchard a enseveli de fleurs son poulain, le décrivant comme un véritable couteau suisse.

«J’aime ça, car je crois que ça me décrit assez bien, je ne suis pas spectaculaire, mais capable de faire beaucoup de choses,» précise Joël Teasdale.

Le jeune homme devrait être un choix de troisième ou quatrième ronde, mais à coup sûr, il a connu une bonne saison, et surtout des bonnes séries alors qu’il a inscrit 15 points en 18 matchs aidant l’Armada à participer à la grande finale.

Assez pour poser un dilemme aux recruteurs…

«C’est sûr ça leur donne un peu de fil à retordre pour savoir où je serai repêché,» estime l’attaquant de l’Armada.

D’ailleurs, une vingtaine d’équipes au moins se seraient intéressées à lui. Comme quoi les compétences du «couteau suisse» ne sont pas passées inaperçues.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *